décaver


décaver

décaver [ dekave ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1797; de dé- et 3. cave
Jeu Gagner toute la cave de (un joueur). Décaver son adversaire en deux coups. SE DÉCAVERv. pron. Perdre sa cave, au jeu. Par ext. Se ruiner.

décaver verbe transitif (de cave, terme de jeu) Gagner toute la cave d'un joueur, tout l'argent qu'il a devant lui.

I.
DÉCAVER1 (SE), verbe pronom.
Rare, emploi pronom. passif. Devenir maigre, décharné (par la vieillesse, la faim, la maladie, la fatigue, etc.). Synon. usuel se caver (cf. caver1 B et décavé1). M. Ligneul avait beaucoup vieilli. Son grand corps s'était décavé et voûté, au-dessus de sa nuque qui pointait vers le ciel comme un clou auquel pendait son veston, son cou affaibli s'incurvait (DRIEU LA ROCHELLE, Rêv. bourg., 1939, p. 216).
Prononc. :[dekave]. Étymol. et Hist. 1939 (DRIEU LA ROCH., loc. cit.); 1945 yeux décavés (SARTRE, Âge raison, p. 172). Dér. de cave1 « creux »; préf. dé-; suff. . L'a. fr. connaît le verbe descaver « creuser, extraire » (XIIIe s. ds GDF.) dér. de caver « creuser ».
II.
⇒DÉCAVER2, verbe trans.
JEUX
A.— Emploi trans. [À certains jeux de cartes comme le brelan, la bouillotte, le poker, à la roulette] Gagner toute la cave d'un joueur, toute la somme d'argent mise en jeu par celui-ci. Décaver un adversaire. Anton. caver2 (cf. aussi cave4). [Le pigeon] gagne; il s'anime [au jeu], il perd; il veut se rattraper; on le décave (HOGIER-GRISON, Hommes de proie, Monde où l'on triche, 1886, p. 212) :
Une nuit, Maxime fut si rapidement décavé chez une dame où l'on jouait jusqu'au jour, qu'il éprouva une de ces colères muettes de joueur dont les poches sont vides. Il eût donné tout au monde pour pouvoir jeter encore quelques louis sur la table.
ZOLA, La Curée, 1872, p. 514.
P. ext. Ruiner. Une église, des écoles, une cure et je ne sais quelles autres fondations pieuses qui l'ont décavé (BLOY, Journal, 1894, p. 141).
B.— Emploi pronom. Perdre toute sa cave au jeu, s'y ruiner. « On ne peut pas toujours perdre », vous disent ces vieux messieurs de stations balnéaires, dont le bruit court qu'ils se sont décavés, étant jeunes (TOULET, Nane, 1905, p. 128).
Rem. QUILLET 1965 et FRANCE 1907 attestent le dér. pop. décavage, subst. masc. État du joueur qui a perdu toute sa cave, qui est décavé.
Prononc. et Orth. :[dekave]. Ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1819 décaver « gagner toute la réserve d'un joueur » (BOISTE); 1823 se décaver « perdre sa cave » (BOISTE); 1827 adj. décavé « qui a perdu sa cave » (M. LEBRUN, Manuel des jeux ds Fr. mod., t. 16, 1948, p. 211); av. 1858 subst. (Villemot ds LARCH., p. 473). Dér. de cave3 terme de jeu; préf. dé-; dés. -er. Bbg. ARNOULD (C.). Termes de jeu. Fr. mod. 1948, t. 16, pp. 211-212.

1. décaver [dekave] v. tr.
ÉTYM. 1801, in D. D. L.; de 1. dé-, et 3. cave, 1.
Jeux. Gagner toute la cave de (un joueur). || Décaver son adversaire en deux coups.Par ext. Ruiner (qqn).
——————
se décaver v. pron.
Perdre sa cave, au jeu.Par ext. Se ruiner.
——————
décavé, ée p. p. adj. et n. (plus cour.).
Joueur décavé.
1 (…) les joueurs qui tentent leur chance jusqu'à l'aube et quittent le cercle fortune faite (bientôt défaite) ou décavés (…)
Michel Leiris, Frêle bruit, p. 226.
Par ext. Ruiné. || Il est complètement décavé.
2 Cependant, un garçon olivâtre (…) en qui je reconnus tout de suite le marquis de Isla Cristina, aristocrate décavé de l'ancienne cour de Ricardo (…) se présenta tout débraillé, et essaya de me traduire à la française ses titres et ceux de son compagnon titubant (…)
Joseph Peyré, Sang et Lumières, éd. L. de Poche, p. 154.
N. || Un décavé, une décavée : joueur décavé; personne ruinée (rare au fém.).
————————
2. décaver (se) [dekave] v. pron.
ÉTYM. 1939; de 2. dé-, et 1. caver.
Littér. Se décharner. Caver (se), creuser (se). || Visage qui se décave.
——————
décavé, ée p. p. adj.
Cave (2.), creux. || Des yeux décavés.
0 (…) Partout des faces souriantes et proprettes, avec des yeux décavés.
Sartre, l'Âge de raison I, XI, p. 175.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • décaver — (dé ka vé) v. a. Terme de jeu. Gagner toute la cave d un joueur, tout l argent qu il a devant lui. Il m a décavé en deux coups.    Se décaver, v. réfl. Perdre sa cave. ÉTYMOLOGIE    Dé.... préfixe, et cave, terme de jeu …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉCAVER — v. a. T. du Jeu de brelan ou de bouillotte. Gagner toute la cave de l un des joueurs. DÉCAVÉ, ÉE. participe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DÉCAVER — v. tr. T. du jeu de Brelan ou de Bouillotte Démunir l’un des joueurs de toute la cave. Le participe passé DÉCAVÉ s’emploie figurément et familièrement, d’une façon générale, pour signifier Qui s’est ruiné, spécialement au jeu. Il est décavé.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • decava — DECAVÁ, decavez, vb. I. refl. şi tranz. (fam.) A pierde sau a face să piardă toţi banii, a da sau a lua (cuiva) toţi banii, a rămâne sau a lăsa pe cineva fără un ban, a (se) ruina (la jocul de cărţi sau la alte jocuri de noroc). – Din fr. décaver …   Dicționar Român

  • caver — 1. caver [ kave ] v. tr. <conjug. : 1> • av. 1150; lat. cavare, de cava ♦ Vx ou région. Creuser, miner. Intrans. La truie « donne du groin en avant et elle cave » (Colette) . V. pron. SE CAVER : devenir creux. Ses yeux se sont cavés. caver… …   Encyclopédie Universelle

  • JEU — QU’IL soit individuel ou collectif, le jeu est une activité qui semble échapper, presque par définition, aux normes de la vie sociale telle qu’on l’entend généralement, puisque jouer c’est précisément se situer en dehors des contraintes qui… …   Encyclopédie Universelle

  • cave — 1. cave [ kav ] n. f. • v. 1170 « trou, caverne »; lat. cava n. f., de cavus « creux » 1 ♦ (v. 1250) Local souterrain, ordinairement situé sous une habitation. Cave voûtée. Cave fraîche, sombre. Cave à provisions, à bois, à charbon. « J étais… …   Encyclopédie Universelle

  • décavé — décavé, ée [ dekave ] adj. et n. • 1819; de décaver ♦ Qui a perdu sa cave, au jeu. Joueur décavé. N. (1870) Un décavé. ♢ Par ext. Ruiné. Il est complètement décavé. Un air décavé, défait, abattu. ● décavé, décavée nom (de caver, terme de jeu)… …   Encyclopédie Universelle

  • gagner — [ gaɲe ] v. tr. <conjug. : 1> • gaaignier 1160; frq. °waidanjan « se procurer de la nourriture, du butin »; d où « paître, brouter », vénerie I ♦ S assurer (un profit matériel). 1 ♦ (Par un travail, par une activité). Gagner de l argent. On …   Encyclopédie Universelle


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.